French Glossary


Browse the glossary using this index

Special | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | ALL

I

Ingénierie sociale

Ingénierie sociale :

Les organisations sont soumises à la cybermenace des auteurs de menace, notamment les cybercriminels, les hacktivistes (pirates informatiques militants) et les agents gouvernementaux. Si toutes les organisations doivent se doter de puissants moyens de défense pour prévenir les cyberattaques, les auteurs de menace disposent de tactiques, de techniques et de procédures conçues pour contourner ces défenses. L’ingénierie sociale est l’une des principales méthodes d’attaque.

Qu’est-ce que l’ingénierie sociale?

L’ingénierie sociale consiste à utiliser la tromperie pour exploiter la nature humaine, nos habitudes et notre confiance afin d’obtenir des informations ou accéder à des systèmes d’information. Les auteurs de menace tentent d’influencer le comportement souhaité en faisant appel à la peur, notamment la peur de manquer quelque chose, l’intimidation, la coercition, l’urgence, l’opportunité ou même en se liant d’amitié avec l’utilisateur.

Les informations recherchées par les auteurs de menace à des fins frauduleuses peuvent inclure :

  • des informations confidentielles, telles que les mots de passe et les identifiants de connexion;

  • des renseignements personnels, tels que les informations bancaires.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les attaques par ingénierie sociale sont efficaces, car elles exploitent la nature humaine tout en contournant les défenses de cybersécurité habituelles.

Ces attaques sont particulièrement insidieuses, car elles sont furtives et souvent bien exécutées avant de devenir apparentes.

Les auteurs de menace font leurs recherches. Ils ciblent les personnes moins susceptibles de vérifier avant d’entreprendre la démarche demandée. En d’autres termes, ils ciblent des personnes qui sont plus faciles à manipuler.

Êtes-vous une cible facile? Si vous recevez un courrier électronique d’un dirigeant de votre organisation vous demandant d’accomplir une tâche rapidement, prendriez-vous le temps d’analyser le message pour y déceler les signes d’une attaque d’ingénierie sociale? De plus, vous sentiriez-vous à l’aise de confirmer l’authenticité de la demande avant d’entreprendre toute autre action?

Les auteurs de menace cherchent à recueillir suffisamment d’informations pour s’infiltrer dans le réseau d’une organisation ou dans vos comptes financiers.

Pour réussir, l’auteur de cybermenace doit simplement amener la personne à faire ce qu’on lui demande. Malheureusement, comme ces attaques reposent sur notre curiosité, notre insécurité ou notre confiance pour obtenir un accès, elles ont tendance à être très efficaces.

Tactiques d’ingénierie sociale

Il est essentiel de savoir comment les auteurs de menace peuvent vous exploiter pour accéder aux informations et aux systèmes.

Les tactiques et techniques utilisées dans les attaques d’ingénierie sociale comprennent :

  • Pre-texting – élaboration d’un scénario, ou prétexte, pour augmenter la probabilité que la cible adopte le comportement souhaité.

  • Hameçonnage – simuler une communication par courrier électronique légitime qui incite les individus à fournir des informations, le courrier électronique étant le vecteur d’attaque.

  • Hameçonnage par texto – une forme d’hameçonnage, avec les SMS/messages texte comme vecteur d’attaque.

  • Hameçonnage vocal – une forme d’hameçonnage, utilisant les appels téléphoniques vocaux comme vecteur d’attaque.

  • Hameçonnage ciblé – cibler spécifiquement une personne utile ou de grande valeur avec une attaque d’hameçonnage.

  • Attaque de pointe d’eau – recueillir des informations sur les sites Internet régulièrement visités et trouver des vulnérabilités dans ces sites qui peuvent être utilisées pour lancer des logiciels malveillants contre les individus qui les visitent, fournissant ainsi une voie d’accès aux systèmes organisationnels.

  • Appâtage – utilisation de supports de stockage contenant des logiciels malveillants pour infecter les systèmes, par exemple en laissant des clés USB malveillantes près des bureaux de l’organisation cible.